Suite aux questions soulevées par la fermeture brutale d’AnimeHa, société française de revente de figurines de l’animeverse, en septembre dernier, son gérant, Damien Chazal, a publié des informations complémentaires dans les commentaires du premier article dédié au sujet. Je les reproduis ici dans un article à part, afin que cette réponse officielle ne perde pas en visibilité enfouie dans la presque cinquantaine de commentaires du premier article:

Bonjour,

Comme vous le savez tous, AnimeHA a fermé ses portes il y a quelques semaines.
Suite à cette nouvelle, de nombreux commentaires ont envahi différents forums et sites Internet.
Bien sûr, parmi les choses qui ont été dites, certaines sont tout à fait justes, d’autres incomplètes et d’autres complètement fausses.

Afin de clarifier tout ceci, il nous ait apparu important d’expliquer en détail exactement tout ce qui s’est passé, notre manque de communication lié aux problèmes que nous traversions à ce moment là étant certainement en grande partie responsable de cette situation.

Alors commençons par le commencement :p
La Société AnimeHA a été créée par 2 frères, Damien et Emeric, passionnés de manga depuis toujours : Emeric bilingue Japonais/Français diplômé de la Faculté de Kyoto et Damien Infographiste/Programmeur web.
Depuis toujours, notre rêve est de parvenir à créer une série manga et c’est d’ailleurs pour être capable de lire les mangas dans le texte original qu’Emeric a décidé d’apprendre le Japonais.

En 2003, accompagné d’un ami dessinateur professionnel, Emeric et Damien tente l’aventure du manga au Japon. Une centaine de planches sont alors réalisées et présentées à la société Shueisha au Japon. Nous sommes reçu par Shuntaro Kosuge Sensei, l’un des éditeurs haut placé du magazine mensuel “Monthly Shonen Jump”. Dans un premier temps, l’éditeur est totalement emballé par le projet, très surpris que des européens soit capables de maîtriser les caractéristiques propres au manga, il nous demande de continuer et nous donne rendez vous quelques mois plus tard.
Lors du second rendez-vous, toujours admiratif du style et de la narration, Shuntaro Kosuge Sensei n’a cependant plus le même entrain, sans donner d’explication, il nous informe qu’il lui ait malheureusement impossible de signer de contrat d’édition avec nous. Quelques mois plus tard, nous apprendrons l’arrêt du magazine Monthly Shonen Jump pour lequel nous postulions.

Malgré la déception, ayant de nombreux contacts au Japon dans le domaine et étant de grands collectionneurs de produits dérivés de manga, Emeric et Damien décident alors de créer AnimeHA tout en gardant leur idée de création de manga en tête.

Avant AnimeHA, le marché des produits dérivés de manga était assez limité en Europe et une bonne partie du marché était détenu par des vendeurs de contrefaçons qui considéraient les figurines et goodies comme de simples jouets pour les enfants.
Etant fondé par des collectionneurs, AnimeHA a bien sûr immédiatement pris le parti de l’import de produits officiels depuis le Japon. Cela parait une évidence aujourd’hui, mais à l’époque, lutter contre des concurrents qui proposaient des articles de contrefaçon 3 à 4 fois moins chers que les officiels était vraiment difficile.
Notre but était de proposer les meilleurs articles de qualité même si pour cela il fallait travailler avec des marges beaucoup plus faibles et surtout avancer l’argent sur tous les articles commandés au Japon.
C’est ainsi qu’AnimeHA a fait partie des premiers à avoir fait connaître et développer les produits Mégahouse (POP, Excellent Model, Capsule, …), Banpresto (DX, HSCF, …), Bandai (Myth Cloth, Styling, Real Works, Gashapons, …). D’autres pionniers tels que Fougniworld ou Abysse Corp ont également participé au développement de ces produits.

Devant les premiers retours très chaleureux des clients et des fans, notre but a alors été de faire le maximum pour essayer de faire d’AnimeHA la boutique que nous aurions aimé connaître en tant que fan et collectionneur que nous sommes.
La société a alors occupé toutes nos journées pendant 5 ans à raison d’une moyenne de 70 heures de travail par semaine en touchant simplement l’équivalent du SMIC sans jamais prendre de vacances, tous les bénéfices étant utilisés pour développer de nouveaux rayons demandés par les clients et créer des emplois.
Même si cela n’a pas toujours été évident devant l’ampleur du travail, ce fut un véritable bonheur de faire de notre passion, notre travail.
Petit à petit, des passionnés sont donc venus renforcer l’équipe au fur et à mesure de la progression de l’entreprise qui a pu embaucher 7 personnes. La politique de la société a toujours été de faire le maximum pour servir au mieux les clients.

Partant de rien et après avoir gravi tous les échelons, AnimeHA est devenu leader de la vente par correspondance du secteur, ce fut une grande fierté pour toute l’équipe.

Un bonheur qui a duré pendant 5 ans, jusqu’au jour où les ayants droits Japonais implantés en France (Toei Animation et Bandai en tête) ont décidé de changer de politique et de contrôler l’intégralité du marché Européen, développé par les pionniers dont nous faisions partie et devenu intéressant à leurs yeux.

Dans un premier temps, il fut simplement question des figurines customs, produits atypiques n’existant pas chez les différents fabricants et souvent réalisés et vendus par des fans japonais lors de conventions appelées Comicket (phénomène très populaire au Japon et d’ailleurs toléré par les grandes sociétés japonaises). Articles, qui se retrouvent ensuite également sur le marché Hong Kongais, dans les boutiques spécialisées d’Akihabara à Tokyo, sur eBay ou encore Yahoo Auctions.

Depuis toujours ces produits font partie intégrante de la culture Manga et sont prisés par quelques puristes. Bien que la vente des customs semble tolérée au Japon, le fait que les ayant droits européens demandent qu’ils ne soient pas vendus en Europe peut tout à fait se comprendre étant donné que, même s’il s’agit d’un marché tout à fait marginal, les ayant-droits ne touchent pas de commissions sur ces produits, commissions destinées à gagner de l’argent, mais aussi et surtout à rémunérer les auteurs de mangas et de dessins-animés.

AnimeHA a donc considéré cette demande comme tout à fait juste et légitime et a aussitôt retiré ces articles de la vente, même si ces produits n’avaient pas d’équivalent auprès des fabricants.
Ces articles ne représentant qu’une trentaine de références sur les plus de 17 000 que comptaient le catalogue d’AnimeHA, cela n’a donc en rien impacté l’activité de l’entreprise et la progression pouvait se poursuivre.

Les véritables problèmes ont commencé le jour où les mêmes ayant droit ont décidé d’élargir leur politique de contrôle à tous les produits japonais en interdisant à AnimeHA d’importer purement et simplement tout produit, bien qu’officiel (Banpresto, Megahouse et Bandai) issu de leur propre maison venant du Japon, nous informant par la même occasion que toute importation du Japon de leur produit serait considéré comme de la contrefaçon !? Chose qui nous a alors paru totalement aberrante étant donné qu’ils touchaient évidemment des Royalties sur chaque produit que nous achetions au Japon.
Nous avons alors appris qu’en réalité, les ayant droits souhaitaient mettre en place des licences de distribution exclusives des produits Banpresto, Megahouse et Bandai sur le marché européen mettant en concurrence des sociétés Européennes afin d’optimiser et d’augmenter les profits réalisés en Europe.
Un changement de politique tout à fait légitime, mais posant un véritable problème concernant la liberté de choix des collectionneurs, puisque dans ce système, un seul fournisseur décide des prix et des produits distribués sur le sol Européen, de nombreux articles jugés moins rentables risquent donc de ne plus pouvoir arriver jusqu’à chez nous.

Devant les menaces de plus en plus pressantes, AnimeHA a alors demandé l’avis d’un avocat spécialisé dans le domaine qui a confirmé que les ayant droits pouvaient bel et bien imposer ce genre de choses s’ils le souhaitaient !
En poursuivant notre investigation, nous avons alors appris qu’il existait également des dossiers déposés par Toei Animation et Bandai au service juridique des douanes concernant ces produits.
A tout moment et sur une simple décision, les ayant droits européens ont donc légalement le pouvoir d’empêcher toute importation de ces produits venant du Japon pour quelque entreprise ou personne que ce soit en Europe.

Bien qu’en désaccord total avec cette stratégie, AnimeHA n’a alors eu d’autre choix que de stopper l’importation du Japon et de respecter la légitimité des ayant droits japonais dans leur stratégie d’entreprise.
Aussitôt, la qualité des news et leur fréquence a très nettement diminué, le marché purement français n’étant pas encore assez fourni.
Les clients d’AnimeHA n’ont en toute logique pas pu comprendre ni suivre ce changement de fonctionnement (ce que nous comprenons parfaitement puisque la très grande majorité des acheteurs sur AnimeHA étaient comme nous des connaisseurs, des spécialistes et des passionnés, pour qui la provenance « Japon » avait un sens et pour qui les produits dérivés de séries manga ne sont pas de simples produits commerciaux.

Malgré les efforts de chacun pour sauver l’entreprise, ce que nous redoutions le plus arriva et un premier salarié dû alors être licencié pour raison économique, puis un second, puis un troisième, puis ce fut au tour de l’un de deux gérants de devoir quitter l’entreprise.
Après avoir tout tenté, les salaires ne pouvant plus être versé, la société AnimeHA s’est donc dirigé inévitablement vers la faillite et a été mise en liquidation.
Toutefois et malgré ces grosses difficultés, nous avons fait le maximum pour rester professionnel jusqu’au bout et avons essayé de ne pas léser les fans malgré les conditions difficiles dans lesquels nous travaillions, nous avons tout fait pour honorer toutes les commandes jusqu’à la dernière.

Au nom de toute l’équipe d’AnimeHA, nous voudrions ainsi remercier tous les clients et fans qui nous ont apporté leur soutien indéfectible, cela nous a vraiment touché ! UN GRAND MERCI A TOUS :D .

Nous tenons également à remercier plus particulièrement et du fond du coeur (par ordre de rencontre) tout ceux qui nous ont aidé dans cette grande aventure et sans qui AnimeHA n’aurait jamais pu devenir ce qu’il a été : Misix (un mec comme ça), Fabien (dit LE Fab), Jonathan (du haut de son Nautil), Ludo (l’éternel bosseur), Jérémy (le champion de rallye), Xavier (Coucou ;) ), Loic (et sa petite tribu :p), Julien (le roi de la bannière Gif), Adrien (l’homme intègre), Gabriel (Bip Bip ;) ), Seb&Greg (Brothers), Louis et Fabien (les pirates d’EastBlue), Edouard (le BoGoss), S@dMad (le prince de Monaco), Pierre (Allez les Verts !), Nicolas (Martinique Power), Sourya (de Konoha :p), Joany (le Zorro du Web), “Ludo Jonathan et Benjamin” (les rillettes et les 24H, c’est lui), Michael (OPS), Pierre (le gateau au yaourt) et bien sûr, Denis (alias Monsieur Coliposte), Takuro, Yasuo, Mika, Annulizu, Ludo, Jean-Charles, Pierre-Alain, Ian, Rachid, Andreia, Jérémy, Stef, Sylvain, David, Françoise, Joël, Jordane et Jimmy, merci énormément à eux !

Sachez enfin que nous resterons des passionnés et nous aurons toujours un grand respect pour les fans (y compris ceux qui n’ont pas été tendre avec nous sur le net, au moins ce sont des gens qui parlent avec le coeur contrairement aux multinationales sans coeur auxquels nous avons eu à faire !)

Je me permettrai de commenter ceci dans un article séparé à venir; le texte est suffisamment long pour me dispenser d’en rajouter une louche directement derrière.